Danse traditionnelle et liberté

Hura Tapairu

Hura TapairuLa danse fait partie intégrante de la culture polynésienne : les Polynésiens la pratiquent dès leur plus jeune âge. Chaque année depuis 2004, cet art est célébré lors du Hura Tapairu, « Les pas de danse de nos belles filles » en tahitien, qui, plus qu’une représentation, est un concours de danse. A l’origine, les tapairu étaient les jeunes filles au service de la reine, choisies pour leur excellence dans tous les domaines et particulièrement l’expression artistique.

Hura Tapairu est une compétition de danse qui diffère des compétitions locales habituelles. Dans un premier temps, il faut noter la liberté accordée aux groupes qui n’ont aucun thème imposé, ni aucune contrainte chorégraphique si ce n’est le style traditionnel à respecter. La seconde différence est son accessibilité. En effet créé à l’origine pour permettre aux groupes de petite structure de se représenter sur scène et de se faire connaître, ce challenge est ouvert à tous les groupes de danse traditionnelle venants parfois d’îles lointaines comme Hawaii.

Pour cette 7ème édition le concours était organisé en deux catégories, la catégorie « Over all » regroupant la danse Ote’a et l’Aparima (deux styles de danse traditionnelle au rythme plus ou moins lent) et la catégorie Hula, une danse langoureuse originaire d’Hawaii.

Ce concours n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis sa création : ainsi pour cette édition 2011 près de 26 délégations inscrites ont redoublé de créativité et d’efforts pour prétendre au grand prix de 400 000 francs pacifiques (environ 3 300€). Celui-ci a été remis au terme du concours le 3 décembre au groupe tahitien Hitireva, grand vainqueur de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *