FAQ

Les questions les plus fréquentes

1. Quelle est la meilleure période pour venir ?
Vous bénéficierez de plus d’ensoleillement et de températures moins chaudes pendant la saison sèche de mai à octobre. C’est aussi la période la plus chargée (spécialement en juillet et août). plus d’infos…

2. Combien de temps dure le vol ?
Le vol depuis Paris dure environ 24 heures (avec une escale à Los Angeles). Plus d’info…

3. Que dois-je prendre avec moi ?
Passeport, permis de conduire, carte de crédit, trousse de secours légère, lunettes de soleil, crème solaire, chapeau, lotion anti-moustiques, chaussures en plastique, et beaucoup de bonne humeur 🙂

4. Quelle est le décalage horaire à Tahiti ?
L’heure à Tahiti est à GMT -10. Quand il est midi à Paris, il est minuit à Papeete. Plus d’info…

5. Quelle langue est parlée à Tahiti ?
Le français et le tahitien sont les deux langues parlées en Polynésie française. Plus d’info…

6. Quelle monnaie est utilisée et où changer de l’argent ?
La monnaie locale est le Franc Pacifique (CFP ou XPF). Vous pouvez changer en arrivant à l’aéroport ou dans les banques. Le taux entre l’Euro et le Franc Pacifique est fixe : 1 Euro = 119.33 CFP Plus d’info…

7. Y-a-t’il des distributeurs d’argent en Polynésie ?
Oui, mais seulement dans les grandes îles (Tahiti, Moorea, Huahine, Bora Bora, Rangiroa). Attention aux heures d’ouvertures car à part à Tahiti, la plupart d’entre eux sont situé dans les agences bancaires. Plus d’info…

8. Pourquoi la perle de Tahiti est-elle noire ?

Parce qu’elle est cultivée au sein d’une huître spécifique endémique aux eaux polynésiennes – appelée Pinctada Margaritifera – ou plus simplement huître à lèvres noires. Ce mollusque sécrète naturellement un pigment noir qui, selon sa quantité, donnera à la perle une couleur allant du noir au gris.
–> Pour plus de détail sur les couleurs, cliquez ici

9. Où se trouve Tahiti ?
Tahiti est une île située dans l’est du Pacifique Sud, à 6200 km de Los Angeles (USA), 5700 km de Sydney (Australie), 8800 km de Tokyo (Japon) et 7500 km de Santiago (Chili).

10. Où cultive-t-on les perles de culture de Tahiti ?
Elles sont cultivées dans des fermes perlières construites sur les lagons des îles des Tuamotu-Gambier, un vaste archipel de Polynésie française.

11. Que mangent les huîtres perlières pendant leur période de production ?
Les huîtres se nourrissent de plancton, micro-organisme animal et végétal flottant ou dérivant dans les eaux lagunaires où sont implantées les fermes perlières.

12. Combien coûte une perle de Tahiti ?
De 100 euros pour les plus petites et de qualité moyenne, jusqu’à 10 000 euros pour une perle ronde parfaite de qualité A ayant un diamètre de 18 mm.
–> Pour en savoir plus sur les critères de qualité, cliquez ici

13. La perle de Tahiti est-elle naturelle ?
Oui et non. Elle est cultivée naturellement mais avec une intervention humaine, en remplacement de la nature, en ce qui concerne l’implantation du noyau et du tissu qui permettra le développement de la perle. Si on se limite au sens strict tel que définit par la Confédération internationale de la bijouterie, elle n’est pas naturelle.

14. Les perles de Tahiti sont-elles teintées ?
Surtout pas !! Quelle que soit la couleur finale, elle est 100% naturelle. Certaines perles seront de couleur blanche, grise mais aussi noire, bronze, avec des reflets verts ou aubergines.

15. Peut-on encore trouver des perles de Tahiti naturelles ?
Tout à fait. Mais la chance d’en trouver une dans une huître « sauvage » est très faible (un cas sur 15 000, soit une probabilité de 0.006 %).

16. Dans quelle partie de l’huître la perle de Tahiti grandit-elle ?
A l’intérieur d’une grande gonade, ou glande reproductive, de l’huître perlière dans laquelle est greffé le noyau accompagné d’un morceau de nacre. On appelle parfois cette glande la « poche à perle ».

17. Comment obtient-on les différents reflets de couleur de la perle de Tahiti ?
Ils sont obtenus à partir de la décomposition de la lumière lorsqu’elle passe à travers les couches de nacres, sur le même principe qu’un prisme. Les différentes couches de nacre décomposent la lumière comme le font les gouttes de pluies avec les rayons du soleil pour former un arc-en-ciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *