Le lancer de javelot

Heiva Tu’aro Ma’ohi

Lancer de javelot © www.marcbiancheri.comChaque année, le Heiva rassemble de nombreux Polynésiens venus s’affronter au cours de compétitions de sports traditionnels. Pour cette 131ème édition, nous allons nous intéresser à la pratique du lancer de javelot.

Discipline de précision et d’agilité, le lancer de javelot sera mis à l’honneur les 13 et 14 juillet prochains dans les jardins du Musée de Tahiti et des îles. Cette discipline, appelée patia fa en tahitien, est très différente du lancer de javelot olympien tel qu’on le connait, où l’objectif est de projeter le javelot le plus loin possible.

En Polynésie française, le lancer de javelot met en scène une cible matérialisée par une noix de coco. Celle-ci, encore entourée de sa bourre, est hissée au sommet d’un mât de 10 mètres qui est ensuite placé à environ 20 mètres du « pas de tir ». La noix de coco © www.marcbiancheri.comLa noix de coco est divisée horizontalement en 5 parties, chacune correspondant à un nombre de points déterminé. L’objectif pour les participants sera de toucher la noix de coco dans sa partie la plus haute, celle-ci offrant le maximum de points (10 points). A l’image d’un jeu de fléchette, le gagnant sera donc le compétiteur ayant comptabilisé le plus de points durant la partie.

Cette discipline physique, pratiquée en individuel ou en équipe de 3 personnes, est ouverte aux hommes comme aux femmes. Pour participer, chaque concurrent dispose de 10 javelots marqués d’une trace bien distinctive permettant d’identifier facilement son propriétaire. Ces javelots sont taillés directement dans des branches de bois flexible tels que le mûrier, ou le gardénia. La longueur des javelots n’est pas imposée ; ainsi, selon sa stature, le tireur optera pour une lance plus ou moins longue et lourde. Avec les années, les tireurs ont profité de l’arrivée du métal dans nos îles pour confectionner la pointe de cette lance. Certains utilisent notamment de simples fers à béton ou des clous de charpente pour la confectionner.

Technique du lancer © P.BacchetLes lancés s’effectuent par série de dix. A chaque série, tous les joueurs disposent en même temps de 7 minutes pour tenter d’atteindre la cible à l’aide de leurs dix javelots. Les manches se succèdent offrant alors un ballet de javelots virevoltant dans le ciel. Petit à petit, la noix de coco se hérisse de lances. Cela semble facile, mais pour avoir essayé, je peux vous assurer qu’il est plutôt ardu de planter une lance dans une noix de coco aussi éloignée !

Pour se faire, chacun a son petit truc, sa petite botte secrète. Le geste de base, lui, est plutôt intuitif. Un doigt placé à la base de la lance sert de propulseur tandis que l’autre main permet de donner la trajectoire du lancer.

Quoi qu’il en soit, c’est un très beau spectacle de voir ses athlètes en tenue végétale traditionnelle s’appliquer à la tâche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *