Le ori Tahiti, la célèbre danse polynésienne, bientôt dans le Guinness book ?

C’est un comble : le record du plus grand rassemblement au monde de danseurs de ori Tahiti, pilier de la culture polynésienne, est aujourd’hui détenu par… le Mexique ! Un professeur de danse de Tahiti a pris cela comme un défi : il tentera, le 30 janvier, de ramener ce record à la maison !

C’était le 5 septembre 2015 : plus d’un milliers de danseurs mexicains se retrouvaient dans un stade pour battre le record du monde du plus grand rassemblement de ori Tahiti. Chorégraphie, couronnes de fleurs… rien n’avait été laissé au hasard pour inscrire la performance dans le livre des records. Le pari est remporté (voir la vidéo)

« Le ori Tahiti appartient à la Polynésie ! »

Mais il se pourrait que ce record ne fasse pas long feu ! Très vite, la Tahitienne Makau Foster et sa troupe Tamariki Poerani ont décidé de tout mettre en œuvre pour ramener le « trophée » à la maison ! « Les Mexicains ont lancé le challenge et pour moi, c’est tellement important que ça se passe à Tahiti, pour montrer que le ori Tahiti appartient à la Polynésie. C’est nous qui devons avoir ce record, parce que ce qui est dangereux, c’est de voir un jour le ori Tahiti appartenir à quelqu’un d’autre », a simplement confié le chorégraphe à la Dépêche de Tahiti !

L’objectif est de réunir au moins 3000 danseurs, 4950 au maximum. Rendez-vous est donc pris pour le 30 janvier, cette fois-ci à Tahiti, berceau du ori ! Il n’y a plus qu’à espérer que le rendez-vous connaisse le succès du précédent record signé à Tahiti : en avril 2015, 4750 musiciens s’étaient retrouvés pour jouer du ukulele ! Alors… Faaitoito !
(bon courage, en tahitien)

Découvrez la chorégraphie par ici :www.tntv.pf/Record-du-monde-Ori-Tahiti-la-choregraphie-officielle_a9255.html

Le ori Tahiti en quelques pasori_tahiti

S’il a énormément évolué au cours du 20ème siècle, le ori Tahiti est l’un des plus précieux héritages culturels autour duquel les Polynésiens renouent avec leurs racines pré-européennes. On y découvre les légendes ancestrales et on prend conscience de l’importance de la culture orale en Polynésie.

Le ori Tahiti est composé de quatre types de danse que l’on retrouve alternativement dans une représentation :
– Otea : performance époustouflante car très physique et hautement technique, qui révèle ses origines guerrières. Sur fond de percussions souvent rapides, les hommes pratiquent le paoti : buste droit et immobile, jambes fléchies et pieds joints, ils écartent les genoux et les rapprochent à un rythme très soutenu. Pour les femmes, le fameux déhanché est le mouvement de base de l’otea, les épaules imperturbablement statiques…
– Aparima : littéralement le « baiser qu’envoie les mains » (de « apa », le baiser et de « rima », la main). Les mains jouent un rôle important, chorégraphiant des gestes de la vie quotidienne ou des sentiments. Le aparima est une véritable narration dansée, perpétuant la tradition orale polynésienne.
– Paoa : c’est la danse liée à la fabrication du tapa, l’étoffe ornementale obtenue à partir d’écorce battue. Assises par terre, les femmes battaient l’écorce en rythme en s’accompagnant de chants pour se donner du courage ou rompre avec la monotonie. L’une d’entre elles pouvait se lever et entamer un solo de chant ou de danse.
– Enfin, le Hivinau est une danse joyeuse pratiquée en cercles concentriques où se mêlent généralement hommes et femmes. Un chef de groupe, le « ra’atira », déclame une histoire tandis que tourbillonnent autour de lui un chœur de danseurs…

Pratique

Le samedi 30 janvier 2016, rendez-vous à midi au golf d’Atimaono. La tentative de record doit débuter à 15h30 !

Suivez la préparation du record sur Facebook : www.facebook.com/recorddumondeoritahiti2016/

Crédit illustration : www.oritahitibynatalia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *