Tu’aro maohi, à la découverte de sports traditionnels… exotiques !

Si la pirogue à rame polynésienne et le surf tiennent le haut de l’affiche dans l’actualité sportive polynésienne, d’autres disciplines, bien plus surprenantes, connaissent un remarquable retour depuis quelques années. Envie d’exotisme ? Mettez-vous donc au grimper de cocotier ou au lever de pierre. Fainéants : s’abstenir !

Autour des terrains de sports de Tahiti et de ses îles, vous verrez peut-être entassés dans un coin d’immenses pneus de Caterpillar. Dans la fraîcheur relative des soirées polynésiennes, des haltérophiles de tout poil, débardeur humide et ceinture de force bien serrée sur les hanches, se retrouvent ici pour soulever pendant des heures les quelque soixante kilos de ces énormes rondelles de caoutchouc ! Ce sont eux qui, entre avril et la grand-messe du Heiva (du 6 au 23 juillet 2016) participeront au championnat polynésien des sports traditionnels, catégorie lever de pierre…

Porteur de FruitsUne tradition remise au goût du jour

Le 2 avril, le musée de Tahiti et des îles devait inaugurer le championnat 2016, sous la houlette de la fédération polynésienne des sports et jeux traditionnels, créée en 2006. Un retour en grâce plutôt récent, donc, mais qui traduit bien l’engouement suscité par ces disciplines anciennes. Comme c’est le cas pour les danses ou les chants traditionnels, les sports traditionnels eux aussi ont des adeptes de plus en plus nombreux et un public toujours plus large. Une belle contribution, en somme, à la réappropriation par les polynésiens de leur culture.

Lever de pierre, lancer de javelot ou encore grimper au cocotier, tir à l’arc, décorticage de coco… Le panel est aussi varié que les disciplines sont impressionnantes. Un subtil mélange d’adresse et de force extrême, dont les Polynésiens seuls ont le secret…

Lever de PierresLever de pierre : la démonstration de force

A l’origine des tu’aro mahoi : composer avec les éléments de l’environnement immédiat pour sublimer le corps et ses capacité physiques phénoménales. Le lever de pierre est l’illustration parfaite de ce principe de base. Les pierres sélectionnées pour la compétition ne présentent pas une seule prise, lisses comme des œufs et denses… comme le roc. Certains athlètes, comme le « géant de Tubuai », parviennent à hisser sur leur épaule des blocs de plus de 160 kilos ! Le spectacle est impressionnant.

Lancer de JavelotLe lancer de javelot

Au lieu d’un javelot au profil aérodynamique parfait, les Polynésiens préfèrent une lance taillée dans le bois. La main droite donne l’impulsion, tandis que les doigts de la main gauche guident la lance vers une noix de coco perchée à une dizaine de mètres au dessus du sol ! A cette distance, la coco a la taille d’une pièce d’un centime… Ce qui n’empêche pas les lanceurs les plus doués d’atteindre leur cible en plein cœur…

Montée de CocotiersLe cocotier omniprésent

On le trouve partout en Polynésie et c’est tout naturellement que le cocotier a inspiré les inventeurs des sports traditionnels polynésiens. Tout droit issu de la culture du coprah, dont on tire l’huile de coco, le décorticage de noix de coco est même une discipline à part entière ! Le but : en un minimum de temps, libérer le maximum de noix de la bourre de coco à l’aide d’une hachette. Alors que le profane parvient péniblement à décortiquer une noix en une dizaine de minutes, le spécialiste peut entasser des dizaines de fruits ! Essayez donc lors de votre prochain voyage à Tahiti, vous comprendrez vite pourquoi le décorticage de coco est ici un sport et pourquoi l’équipe de e Tahiti Travel préfère, elle, les déguster bien fraîches, les pieds dans le lagon 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *